Aller au contenu. | Aller à la navigation


Outils personnels

This is SunRain Plone Theme
Vous êtes ici : Accueil / Ressources / Troubles / TSLA / TSL - Dysphasie

TSL - Dysphasie

Trouble Spécifique du Langage (TSL) oral.

DEFINITION



Les troubles spécifiques du langage (TSL) recouvrent les difficultés d’acquisition du langage oral et écrit chez des enfants qui ne présentent ni déficience intellectuelle, ni trouble sensoriel.  Il est défini selon le trouble de l’enfant une prise en charge pluridisciplinaire et une scolarité adaptée.

 

TROUBLES SPECIFIQUES DU LANGAGE (TSL) ORAL

Définition: toute apparition retardée et tout développement ralenti du langage qui ne peuvent être mis en relation avec un déficit sensoriel, avec des troubles moteurs des organes de la parole, avec une déficience mentale, avec des troubles psychopathologiques, avec des carences socio-affectives, avec un dysfonctionnement ou une lésion cérébrale évidente. 

On distingue deux types de TSL oral :

- Les retards simples de parole et de langage
- Les dysphasies de développement

 

Les retards simples de parole et de langage

TSL dits « bénins », acquisitions un peu plus tardives que la norme : l’enfant parle très peu ou mal entre 2 et 6 ans. Sa compréhension semble meilleure que sa production, mais des difficultés se manifestent dans la compréhension des notions spatiales ou temporelles par exemple, ainsi dans la répétition de mots et surtout de phrases. Le pronostic est variable: certains enfants récupèrent ce retard avant l’entrée à l’école primaire, mais ce n’est pas le cas pour d’autres ; les difficultés associées renforcent des problèmes langagiers, et le retard de langage va souvent annoncer des difficultés scolaires ultérieures, notamment la dyslexie. Les retards simples du langage ont souvent des causes multiples: facteurs héréditaires, conditions socioculturelles, problèmes affectifs et relationnels.

On parle souvent pour les expliquer d’un simple retard de maturation :
- le retard de parole : il s’agit d’une forme phonologique pure dans laquelle la programmation - c'est -à-dire le choix des phonèmes entrant dans la constitution d’un mot, ainsi que leur mise en séquence correcte - est perturbée. Par exemple, le mot /gato/ pourra être prononcé /rato/ ; en revanche, chez le même enfant, le phonème/g/ du mot gare peut être produit correctement.
- le retard de langage : le déficit est à la fois phonologique et syntaxique. Aux symptômes du retard de parole s’ajoutent des difficultés à associer les mots en phrase et à manipuler les composantes grammaticales. La sévérité du retard de langage est variable : il peut s’agir au minimum de maladresses syntaxiques et, au maximum, d’un tableau proche de l’agrammatisme avec des élisions (notamment des omissions de mots outils : articles, pronoms...) et l’absence de flexions verbales (par exemple, les verbes sont le plus souvent employés à l’infinitif). Il s’agit de perturbations normales au cours de l’évolution du langage, mais dont la persistance au-delà d’un certain âge conduit à poser le diagnostic de retard de développement. Les retard simples répondent dans la majorité des cas de façon rapide et favorable à la rééducation orthophonique.

 

Les dysphasies

Contrairement aux retard simples de parole et de langage, les dysphasies développementales constituent des troubles significatifs, sévères et durables de l’évolution du langage.

La dysphasie constitue un handicap sévère sur le plan de la communication. Les troubles associés sont fréquents. Ils concernent la motricité fine (responsables par exemple de maladresse de l’écriture), la mémoire verbale à court terme (mémoire phonologique de travail) et le comportement qui peut être altéré avec, à des degrés variables, une instabilité motrice (hyperkinésie, hyperactivité) et psychique( irritabilité, intolérance à la frustration, agressivité parfois). Les signes de ses troubles tendent à persister à l’âge adulte, à des degrés variables. Le caractère persistant des troubles, associé à un certain degré de résistance aux protocoles de rééducation, rend compte d’une évolution le plus souvent péjorative des apprentissages scolaires, et en particulier de l’apprentissage du langage écrit.

La prise en charge des dysphasies sur le plan thérapeutique suppose la mise en cohérence de multiples compétences issues des champs de l’éducation (psychologues scolaires, enseignants spécialisés) et de la santé (médecins, orthophonistes et neuropsychologues).

 

RESSOURCES


  Rapport - Jean-Charles Ringard - février 2000

  La dysphasie, trouble du langage oral -  Formation département de la Loiree - ASH 42

  La dysphasie - Synthèse proposée par Annie Maute psychologue scolaire à partir de l'ouvrage"Repérer et accompagner les troubles du langage" de D.A. Romagny

  Adaptations pédagogiques pour les élèves dysphasiques - IEN ASH 84

Vidéo : Scolarisation de Rémi, dysphasique et dyspraxique (Sur le site éducation.francetv.fr)

Nombre de visites

 

Ce site a accueilli  

page visitor counter

visiteurs

Nous suivre

Lettre d'information ASH62

Cliquer ici pour vous abonner

Consulter les archives

Flux RSS